Nécessaires questions sur la bioéthique

Événements
Entreprise

La brebis Dolly, premier clône officiel, le gêne du cancer et les cellules souches, voici des thèmes qui seront abordés dans le cadre des conférences données à Supbiotech, à venir prochainement. Pierre OUGEN, enseignant, revient sur les concepts qui vont être developpés par les intervenants. :

Pierre OUGEN, qu’est-ce que la bioéthique, pourquoi nous concerne t’elle tous ?

ougen1.jpg

Pour comprendre pourquoi la bioéthique nous concerne tous, il suffit de se plonger dans « Bienvenue à Gattaca » ou «Le meilleur des mondes ». Les problèmes soulevés dans ces œuvres de fiction, à l’époque, sont devenus des enjeux réels. La bioéthique est une partie de l’éthique : elle est une recherche de normes morales applicables aux sciences du vivant, y compris la médecine. Le terme « éthique » provient du grec êthos qui renvoie au comportement, aux mœurs. Il s’agit donc, au sens strict, d’une réflexion critique sur les comportements et les attitudes qu’on adopte dans le domaine des sciences de la vie et de la santé. De plus, la bioéthique a vocation à être pluridisciplinaire, puisque sa portée s’étend aussi bien à la médecine et à la biologie qu’à la philosophie, au droit, à la théologie, etc.

Pourquoi se soucier de la moralité de la science ?

La science en elle-même n’a pas pour tâche de définir les valeurs humaines. Elle doit donc être confrontée aux autres sciences, notamment aux sciences humaines, et l’homme doit aborder la question du sens et des conséquences des progrès scientifiques. La bioéthique est la recherche des réponses à ces questions. Les techniques nouvelles dans la science, en R&D, tant qu’elles touchent aux fondamentaux de l’homme, ne soulèvent pas de questions (élaborer le premier antibiotique, poser une prothèse de hanche). Le vrai débat surgit dans le domaine applicatif : en thérapie ou en diagnostic, lorsque l’homme devient un objet d’expérimentation médicale.

Quand sont apparues les premières règles de bioéthique ?

procès.jpg

Les premières règles de bioéthique, tel que l’on définit aujourd’hui ce terme, furent l’œuvre du tribunal de Nuremberg, chargé de juger les médecins nazis. Dans un premier temps, le tribunal constatera l’absence de normes pour pouvoir procéder à ce jugement. Il aurait pu condamner ces médecins au titre qu’ils exerçaient dans un but autre que curatif (il y avait déjà eu de telles condamnations pour des médecins pratiquant des expérimentations, mais jamais à une telle échelle).

Cependant le tribunal décidera de reconnaître la légitimité des essais, puisque la science n’avance que par des expérimentations sur l’homme. Ce n’est que dans le second temps de son raisonnement qu’il pose les règles à suivre pour encadrer cette activité. Ainsi, il énoncera un code déontologique appelé le Code de Nuremberg, composé de dix règles sur l’expérimentation humaine. La première de ces règles est le consentement des personnes ; l’expérimentation doit être nécessaire ; on doit évaluer la proportionnalité entre les risques pour le patient et le bénéfice pour la science ; le but de l’expérimentation doit être scientifique… C’est à ce titre que les médecins nazis seront condamnés, le tribunal jugeant que ces règles qu’il venait d’élaborer tenaient à la dignité de la personne humaine et donc que le principe de non-rétroactivité de la loi pénale ne s’appliquait pas.

Posté le 06/02/2009

À propos

Sup’Biotech est une école d’ingénieurs spécialisée en Biotechnologies, proche du monde de la Recherche comme du monde de l’Entreprise, qui propose une formation innovante en 5 ans après le bac. Ce cursus permet aux étudiants d’accéder rapidement à des postes à responsabilités, en France comme à l’International, dans les secteurs très porteurs de la santé et la pharmacie, de l’innovation agroalimentaire, de la cosmétologie, de la bio-informatique ou encore de l’environnement. Les études, combinant fondamentaux académiques, projets étudiants et stages en entreprise, sont découpées en deux parties selon la norme européenne : le cycle préparatoire (2 ans) et le cycle ingénieur (3 ans). La formation des ingénieurs en Biotechnologies de Sup’Biotech est labellisée par Medicen Paris Région et Industries and Agro-Ressources (I.A.R.) : Sup’Biotech propose également une filière apprentissage à partir de bac+3, ainsi qu’une formation Bachelor en Biotechnologies, accessible après le bac. Sup’Biotech est un établissement d’enseignement supérieur privé habilité à délivrer le titre d’ingénieur et reconnu par l’État (arrêté du 15/12/14 et B.O du 08/01/15).

  • logo CTI
  • logo IAR
  • logo Certification ISO

Venez nous rencontrer

Établissement privé d'enseignement supérieur technique - Inscription au rectorat de Créteil - Sup'Biotech est membre de IONIS Education Group comme :