Anne Feraudet : Agir pour l’environnement dans le cadre de mes études

Actu Technologique
Actu. technologique
Entreprise
Evénements
Pédagogie
Vie étudiante

Portrait d’Anne Feraudet (22 ans), étudiante en dernière année à Sup’Biotech. De la Suède à Lille, de la fabrication d’un kit de diagnostic pour pathologie à l’élaboration d’un événement réunissant des sommités d’un secteur des biotechs, Anne a peu à peu esquissé son futur métier au travers de ses stages : elle sait désormais précisément où elle souhaite travailler.

Anne : «J’ai  d’abord fait un stage en Suède dans un laboratoire d’analyses, ce qui ne m’a posé aucun problème de langue puisque la majorité des les Suédois sont bilingues. Fin de troisième année, stage chez Biorad Laboratories, à Lille juste après avoir choisi l’option « Techniques de Laboratoire » où j’ai developpé un kit de diagnostic pour une maladie (que je ne peux pas nommer). C’était un projet en cours et dans cette entreprise ma mission était de défricher le sujet. J’y ai passé un peu plus de quatre mois.

Ce kit était basé sur la détection d’une protéine : j’ai du avant tout faire produire cette protéine par des bactéries. Il a fallu optimiser ce choix : quelle bactérie utiliser, dans quel milieu, pendant combien de temps, quels nutriments lui apporter. Le but était de produire cette bactérie pour en extraire une molécule qui servait dans le kit de diagnostic. Mes recherches se sont basées sur les cours de microbiologie pratique et théorique dispensés à l’école.

pollution.pngEn quatrième année je suis partie en stage dans une association qui s’occupe de promouvoir les biotechnologies : Adebiotech.
Cette association produit des rapports pour des tiers et organise des événements. J’ai travaillé sur un sujet passionnant, les polluants émergents, des molécules qu’on connaît peu ou dont on ne connait pas les effets et qui échappent à toute réglementation, en particulier à celle du programme R.E.A.C.H (enregistrement, évaluation et autorisation de substances chimiques, en français).

En 2005, le Parlement européen a adopté le programme R.E.A.C.H. Ce texte permet l’élimination progressive des substances chimiques toxiques au cours de la décennie à venir. R.E.A.C.H oblige les fabricants et importateurs de substances chimiques à les enregistrer dans une base de données centrale.

Les informations enregistrées porteront sur les propriétés des substances, les utilisations prévues et les moyens permettant de manipuler ces substances en toute sécurité. Les substances qui suscitent de fortes préoccupations, telles que les substances cancérogènes, mutagènes ou toxiques, et les substances chimiques présentant des risques non gérables, seront progressivement éliminées.

Par exemple des molécules de lessive, de produits de grande consommation sont passées au crible et sont évaluées. Désormais estampillées comme dangereuses alors qu’elles sont parfois utilisées depuis quarante ans, l’un des exemples les plus parlants est celui de la pilule contraceptive. Le corps humain n’intègre pas toutes les molécules et en rejette une partie dans les urines. Ces urines, une fois dans l’eau des toilettes vont être traitées dans une station d’épuration, ce qui n’est pas vraiment le cas car ce sont des molécules organiques qui ont été rejetées. L’eau, une fois nettoyée de tout sauf de ces molécules organiques est ensuite distribuée de nouveau au robinet et bue par tous.
 

De nombreuses études posent la question suivante : dans quel mesure ce rejet influe t’il sur le système hormonal humain alors qu’on sait qu’il influe déjà sur celui des poissons ? Au Québec, on a même observé un changement de sexe de ces poissons ! Selon l’agence environnementale Britannique, sur une étude qui a porté sur des poissons de 10 rivières Canadiennes pendant cinq ans, on a découvert des mâles "féminisés" dans des rivières: près de la moitié portaient des ovules dans leurs organes reproducteurs ou d’autres caractères appartenant à l’autre sexe. Un quart produisaient des spermatozoïdes de mauvaise qualité. Un dixième étaient stériles.

Selon le Dr Charles Taylor, de l’Université Exeter, l’oestrogène accusée serait si efficace que même une partie par million suffirait à provoquer de tels dommages au système reproducteur des poissons. D’où l’inquiétude pour les humains, puisque de telles concentrations sont indétectables avec nos systèmes traditionnels de filtration « d’analyse » (si on parle de détection) de l’eau.

J’ai donc établi l’état des lieux des techniques d’analyse de ces polluants, en France. Adebiotech est une « zone neutre » qui ne juge pas mais travaille sur une problématique et fait se réunir tous les protagonistes d’un secteur, secteurs académique et privé confondus.
Nous en avons conclu qu’il fallait organiser un événement pour échanger sur ce thème, événement (« Quel apport pour les biotechnologies dans l’analyse des polluants émergents ? »). La masse d’information réunie lors de ces échanges est extrêmement intéressante, je travaille donc un jour par semaine dans le cadre de mon stage applicatif en entreprise chez Adebiotech pour monter cet événement »

J’en ai retiré plusieurs enseignements précieux pour la suite de ma carrière : je souhaite travailler dans l’environnement, plutôt dans une petite structure, histoire de ne pas me cantonner à une seule tâche. Je veux pouvoir être polyvalente et valoriser l’enseignement que j’ai reçu ».

(Le colloque aura lieu du 20 au 22 Octobre à Biocitech).
Information et inscription sur www.adebiotech.org ou par mail : [email protected]
 

Posté le 07/10/2009

À propos

Sup’Biotech est une école d’ingénieur spécialisée en Biotechnologies à Paris et à Lyon, proche du monde de la Recherche comme du monde de l’Entreprise, qui propose une formation innovante en 5 ans après le bac. Ce cursus permet aux étudiants d’accéder rapidement à des postes à responsabilités, en France comme à l’International, dans les secteurs très porteurs de la santé et la pharmacie, de l’innovation agroalimentaire, de la cosmétique, de la bio-informatique ou encore de l’environnement. Les études, combinant fondamentaux académiques, projets étudiants et stages en entreprise, sont découpées en deux parties selon la norme européenne : le cycle Bachelor of Biotechnology (3 ans) et le cycle Expertise (2 ans). La formation des ingénieurs en Biotechnologies de Sup’Biotech est labellisée par Medicen Paris Région et Industries and Agro-Ressources (I.A.R.).
Sup’Biotech propose également une filière apprentissage à partir de bac+3, ainsi qu’une formation Bachelor en Biotechnologies, accessible après le bac. Sup’Biotech est un établissement d’enseignement supérieur privé habilité à délivrer le titre d’ingénieur et reconnu par l’État (arrêté du 15/12/14 et B.O du 08/01/15).

  • logo CTI
  • logo IAR
  • logo Certification ISO

Venez nous rencontrer

Établissement privé d'enseignement supérieur technique - Inscription au rectorat de Créteil - Sup'Biotech est membre de IONIS Education Group comme :