Cap sur la R&D dans les neurosciences

Événements
Entreprise

3_stage_RetD.jpgAnabelle Planques (Sup’Biotech promo 2012) effectue son stage de dernière année en R&D dans l’unité de physiopathologie des maladies du système nerveux centrale de l’UPMC.
 
Comment intervient ce stage dans ta formation ?
 
Après le choix de Sup’Biotech parce que la biologie et le secteur des biotechnologies me semblait porteur et plein de perspectives, j’ai souhaité m’orienter dans la voie recherche et développement. Je suis actuellement en 5e année de l’école et en double cursus à l’Université Pierre et Marie Curie (UPMC). Mon projet est de me spécialiser en neurosciences et de faire un doctorat dans ce domaine.
 
Le stage que j’effectue actuellement en R&D dans l’unité de physiopathologie des maladies du système nerveux centrale de l’UPMC correspond donc totalement à mes attentes. D’autant que le sujet est appliqué puisque le but est de créer un traitement par thérapie génique pour la maladie de Huntington. J’avais déjà réalisé un premier stage en 3e année dans cette équipe et avais alors initié le projet. Ce fut donc naturellement que je suis retournée dans le laboratoire afin d’y effectuer des études plus poussées et d’y réaliser un doctorat.
 
En quoi consiste ton stage ?
 
Mon stage consiste à tester les effets de la surexpression d’une enzyme dans un modèle in vivo de la maladie de Huntington. Cette maladie neuro-dégénérative apparait vers 30-50 ans et entraîne la mort du patient en 15 années. Les symptômes sont des mouvements de type choréique, c’est-à-dire non contrôlés, ainsi que des problèmes cognitifs et psychiatrique. Cette pathologie est génétique de type autosomique dominant,  ce qui signifie que les enfants des patients ont 50 % de risque de développer la maladie. Il n’existe aucuns traitements curatifs à l’heure actuelle.
 
Le projet consiste donc à étudier si la surexpression de l’enzyme pourrait permettre une neuro-protection. L’étude est réalisée sur des souris modèles de la maladie générée par modification génétique. Celles-ci présentent des troubles moteurs et des marqueurs neuro-pathologiques de la maladie (signe observable dans le cerveau tel que la sous-expression d’une protéine dans la région atteinte). Nous testons donc le comportement et ces marqueurs chez les souris traitées par thérapie génique avec un plasmide codant notre protéine d’intérêt.
 
Nous testons d’autre part l’efficacité et les mécanismes d’action de la protéine dans un modèle in vitro sur de cultures primaires de neurones ou des lignées cellulaires en réalisant des immunohistochimies, des western-blot ou encore des dosages enzymatiques sur des cellules traitées ou non.
 
Quelles cartes l’école t-a-t-elle donné ?
 
Nous apprenons à développer notre imagination par la réalisation de nombreux projets et nos connaissances sur les différentes techniques. Nous sommes donc à même de proposer des expériences et de comprendre les enjeux de nouvelles techniques dans l’approfondissement d’un sujet. Nous développons également notre esprit critique puisque l’on nous encourage à poser des questions sur les projets et les cours proposés ainsi que par l’étude de publications. Enfin certains projets ont pour but de nous faire prendre conscience des objectifs, des prix et limites de réalisations d’un projet scientifique.
 
Que t’apprend ce stage ?
 
Les stages permettent de développer nos capacités techniques (dans le cadre du cursus R&D) et critiques afin d’évaluer les travaux publiés. Ceci permet également de mieux analyser les résultats et d’en déduire quels expériences pourraient être intéressantes à mener pour confirmer un résultat ou l’approfondir. Mon but est de réaliser un doctorat dans le laboratoire puis de retourner éventuellement dans le secteur privé. La thèse me permettra d’être à la pointe d’un sujet et d’avoir une vue d’ensemble des connaissances en neurosciences afin de développer par la suite d’autres stratégies thérapeutiques notamment dans le cadre des maladies orphelines.

Posté le 26/04/2012

À propos

Sup’Biotech est une école d’ingénieurs spécialisée en Biotechnologies, proche du monde de la Recherche comme du monde de l’Entreprise, qui propose une formation innovante en 5 ans après le bac. Ce cursus permet aux étudiants d’accéder rapidement à des postes à responsabilités, en France comme à l’International, dans les secteurs très porteurs de la santé et la pharmacie, de l’innovation agroalimentaire, de la cosmétologie, de la bio-informatique ou encore de l’environnement. Les études, combinant fondamentaux académiques, projets étudiants et stages en entreprise, sont découpées en deux parties selon la norme européenne : le cycle préparatoire (2 ans) et le cycle ingénieur (3 ans). La formation des ingénieurs en Biotechnologies de Sup’Biotech est labellisée par Medicen Paris Région et Industries and Agro-Ressources (I.A.R.) : Sup’Biotech propose également une filière apprentissage à partir de bac+3, ainsi qu’une formation Bachelor en Biotechnologies, accessible après le bac. Sup’Biotech est un établissement d’enseignement supérieur privé habilité à délivrer le titre d’ingénieur et reconnu par l’État (arrêté du 15/12/14 et B.O du 08/01/15).

  • logo CTI
  • logo IAR
  • logo Certification ISO

Venez nous rencontrer

Établissement privé d'enseignement supérieur technique - Inscription au rectorat de Créteil - Sup'Biotech est membre de IONIS Education Group comme :