Petit déjeuner des anciens : Nina Segura (Sup’Biotech promotion 2011)

Événements
Entreprise
Vie étudiante

Sup’Biotech a organisé un petit-déjeuner des anciens le mardi 13 novembre. Lors de ce rendez-vous, d’anciens étudiants de l’école en activité échangent avec les élèves (surtout ceux de première année). Pour cette édition, ils ont pu rencontrer Nina Segura (Sup’Biotech promotion 2011), responsable marketing et communication chez Inter Agro.

petit_dejeuner_anciens.jpg

A son entrée à Sup’Biotech en 2006, Nina n’avait qu’un objectif : « Comme beaucoup d’étudiants de première année, je voulais faire de la recherche et développement. Ca me semblait évident, dans une école qui a pour objectif de former aux métiers liés aux biotechnologies. Mon souhait était de travailler dans le médical, en particulier dans la lutte contre le sida. » Mais les réalités de la recherche en biologie appliquée, très strictes et normées, l’ont fait se détourner de cette voie initiale. Sa vocation pour le marketing est née petit à petit. D’abord grâce aux cours de marketing. Ensuite via son premier stage, dans le département marketing d’une société d’agroalimentaire. Enfin, tout ceci s’est concrétisé lors de ses choix de majeure, Marketing & Commercial, et de mineure, Agroalimentaire. « Sup’Biotech m’a vraiment ouvert des voies, là où au départ je ne jurais que par la recherche. »

Du stage à l’emploi

Pour son stage de dernière année, Nina a intégré Inter Agro, société spécialisée dans le commerce de produits alimentaires frais auprès de distributeurs en Île-de-France : « L’objectif de ce stage était tout simplement de créer le département marketing de l’entreprise ! J’ai donc dû élaborer un catalogue produits, mettre en place un site vitrine, renforcer notre communication auprès des clients… en somme, créer des outils qui soient une force de vente efficace sur le terrain. Dès lors, il était prévu qu’après mon stage j’intègre l’entreprise directement en CDI. »

Un poste à responsabilités

Le métier de Nina recouvre aujourd’hui un ensemble important de domaines : prospective (étude des tendances du marché et de la concurrence), définition des produits, du packaging et du prix, communication directe avec les distributeurs… « C’est un poste où je suis en autonomie totale, explique Nina. Il s’agit d’une petite entreprise, donc je n’ai de comptes à rendre qu’à mon directeur. J’ai appris à être polyvalente : la comptabilité n’a plus de secrets pour moi ! Pour une première expérience professionnelle, c’est vraiment idéal. »

La double compétence, un atout de taille

Nina se distingue des chargés de marketing traditionnels sortant d’écoles de commerce, par son profil axé scientifique. Ce poste lui permet de pleinement valoriser ses acquis : « Je connais les produits : je sais par exemple pourquoi les acides gras trans contenus dans l’huile de palme sont mauvais pour la santé. Cela me permet d’élaborer des produits sains, en accord avec la marque et la cible commerciale. Par ailleurs, comme je connais les sujets techniques, j’ai un meilleur contact avec les industriels et je peux avoir un contrôle qualité optimal. Enfin, l’argument scientifique permet d’appuyer mes idées lors de la promotion d’un produit. »

Cependant, Nina va bientôt quitter son poste. Le marketing implique souvent de changer régulièrement d’entreprise : « A partir de début 2013, je vais aux Etats-Unis. Faisant partie des premières promotions de l’école, je n’ai pas eu l’occasion de partir étudier ou travailler à l’étranger – aujourd’hui, en troisième année, un semestre est obligatoirement effectué à l’étranger dans une des universités partenaires de Sup’Biotech. Par ailleurs, ayant été en quasi-autonomie dès le début de ma carrière, sans référent autre que mon directeur, je n’ai pas eu l’avis expert d’un marketeur plus aguerri que moi. Ne souhaitant pas stagner ou perdre des compétences avec le temps, je veux essayer de nouvelles choses. C’est pourquoi je vise un Volontariat International en Entreprise (VIE) afin de découvrir le travail à l’étranger, dans un grand groupe. »

A la fin de l’échange, Nina a suggéré que la transition au département marketing d’Inter Agro pouvait éventuellement se faire par le biais d’un stage de pré-embauche pour un étudiant de Sup’Biotech.

Posté le 22/11/2012

À propos

Sup’Biotech est une école d’ingénieurs spécialisée en Biotechnologies, proche du monde de la Recherche comme du monde de l’Entreprise, qui propose une formation innovante en 5 ans après le bac. Ce cursus permet aux étudiants d’accéder rapidement à des postes à responsabilités, en France comme à l’International, dans les secteurs très porteurs de la santé et la pharmacie, de l’innovation agroalimentaire, de la cosmétologie, de la bio-informatique ou encore de l’environnement. Les études, combinant fondamentaux académiques, projets étudiants et stages en entreprise, sont découpées en deux parties selon la norme européenne : le cycle préparatoire (2 ans) et le cycle ingénieur (3 ans). La formation des ingénieurs en Biotechnologies de Sup’Biotech est labellisée par Medicen Paris Région et Industries and Agro-Ressources (I.A.R.) : Sup’Biotech propose également une filière apprentissage à partir de bac+3, ainsi qu’une formation Bachelor en Biotechnologies, accessible après le bac. Sup’Biotech est un établissement d’enseignement supérieur privé habilité à délivrer le titre d’ingénieur et reconnu par l’État (arrêté du 15/12/14 et B.O du 08/01/15).

  • logo CTI
  • logo IAR
  • logo Certification ISO

Venez nous rencontrer

Établissement privé d'enseignement supérieur technique - Inscription au rectorat de Créteil - Sup'Biotech est membre de IONIS Education Group comme :