Logo supbiotech
  • Accueil
  • Blog
  • De SBConsult à la Confédération Nationale des Juniors-Entreprises : le parcours sans faute d’Antoine Halbaut (Sup’Biotech promo 2020)

De SBConsult à la Confédération Nationale des Juniors-Entreprises : le parcours sans faute d’Antoine Halbaut (Sup’Biotech promo 2020)

Entreprise
Vie étudiante

Actuellement en 4e année à Sup’Biotech, option Marketing, Antoine Halbaut (promo 2020) vient d’être nommé au poste de chargé de mission marketing au sein de la Confédération Nationale des Juniors-Entreprises (CNJE) pour le mandat 2019-2020. Un nouveau défi pour celui qui, durant plusieurs mois, a été président de l’association SBConsult, une structure dotée du label Junior-Création qui réunit une trentaine d’étudiants de l’école pour réaliser régulièrement des missions rémunérées à la demande d’entreprises diverses. Après avoir laissé sa place à Clara Levi (Sup’Biotech promo 2020), la nouvelle présidente, Antoine fait le bilan de son action au sein de l’association et détaille ses futures activités auprès de la CNJE.


Antoine et l’équipe de SBConsult 2018-2019


Tu as choisi de rejoindre SBConsult en 3e année à Sup’Biotech. Pourquoi ?

Antoine Halbaut : Pour son potentiel ! J’avais envie de découvrir ce côté professionnalisant et enrichissant sur le plan personnel. Avant d’être président, j’ai commencé en tant que chargé de suivi d’études, un rôle consistant à assister les étudiants lors de leur mission et assurer le suivi auprès des clients, pour voir si tout se passe bien d’un côté comme de l’autre.

 

Comment peut-on décrire l’activité de SBConsult ?

Il s’agit d’une petite structure de 32 membres, essentiellement des étudiants de 3e et 4e années, mais dotée d’un fort potentiel de par sa spécialisation dans le domaine des biotechnologies. Ainsi, entre 2018 et 2019, ses membres ont pu mener une dizaine de missions, aussi bien sur du marketing que sur de la recherche. Parmi ces missions, il y a eu notamment une étude de marché sur le secteur des biotechnologies en région Auvergne-Rhône-Alpes et une autre étude portant sur la calibration de capteurs en laboratoire. Les entreprises qui font appel à des Junior-Entreprises sont des grands groupes, des PME, des startups et même des particuliers cherchant à créer leur propre entreprise. Cette diversité permet de se professionnaliser encore davantage et de découvrir un grand nombre de profils très différents.

 

Avec le recul, que t’a apporté cette expérience ?

Un certain sens de l’autonomie, des responsabilités et une meilleure gestion du stress comme celle de la quantité de travail ! Travailler au sein de SBConsult se fait en parallèle des études à Sup’Biotech : il faut donc apprendre à gérer son temps entre le cursus et la vie de l’association pour être performant.


La nouvelle équipe de la CNJE


En ce début du mois de juillet, tu as annoncé quitter tes fonctions de président pour rejoindre la CNJE. Es-tu prêt pour ce nouveau défi ?

Oui et je suis particulièrement honoré d’intégrer la CNJE en tant que chargé de mission marketing. Lors de mes mandats à SBConsult, j’avais déjà pu découvrir les différentes facettes de la CNJE, à travers les congrès régionaux et nationaux comme des événements tels que le Women’s Talk ou Les Clefs Pour Entreprendre. Cela m’avait donné envie de candidater et là, j’ai hâte de pouvoir œuvrer dans cette organisation qui représente près de 25 000 étudiants, répartis dans 200 structures, basées dans 83 villes en France.

 

Quelles sont tes nouvelles missions à présent ?

Essentiellement de m’occuper d’augmenter la visibilité externe du mouvement, en particulier auprès des entreprises. Cela passe par la rédaction de communiqués de presse et d’articles sur le site Internet de la CNJE, la gestion du référencement de ce dernier, etc. L’un des objectifs est de poursuivre les stratégies déjà mises en place lors des précédents mandats, comme celle de réussir à avoir 160 Junior-Entreprises d’ici 2020, et de plancher sur de nouvelles ambitions pour l’horizon 2024.

 

Cela va-t-il être facile de cumuler cette casquette avec ta 5e et dernière année à Sup’Biotech ?

Je n’ai pas vraiment d’appréhension car mon premier semestre de 5e année sera celui de mon semestre à l’International que je vais réaliser en décalé – normalement, les étudiants l’effectuent en intégrant le Cycle Ingénieur lors de la 3e année. De ce fait, je risque d’avoir beaucoup de disponibilités pour le travail au sein de la CNJE sur cette période. Enfin, bien que la seconde partie de la 5e année soit consacrée au stage de fin d’études, cela ne me pose pas de problème non plus : il suffit d’être bien organisé pour être capable de s’adapter !



À propos de la CNJE :

Créée en 1969, la Confédération Nationale des Junior-Entreprises a pour missions de coordonner et d’accompagner l’ensemble des structures membres. Elle a ainsi pour vocation de diffuser l’esprit d’entreprise et d’engagement auprès de la jeunesse. Les structures, quant à elles, permettent la création de ponts entre les entreprises et les étudiants, par le biais de missions externalisées, rémunérées et à caractère pédagogique.


Posté le : 10/07/2019

Établissement privé d'enseignement supérieur technique - Inscription au rectorat de Créteil - IPSA est membre de IONIS Education Group comme :