Start-up, partenariat, crowdfunding : le projet Détecte Mon Endo affiche ses ambitions !

Start-up, partenariat, crowdfunding : le projet Détecte Mon Endo affiche ses ambitions !
Actu. technologique
L'actu Biotech par les élèves
Projets et Recherche

Développé dans le cadre des Sup’Biotech Innovative Projects (SBIP) par Amélys Debiol, Myriem Outmaite, Marine Pasquier et Eléna Wintz (Sup’Biotech promo 2022), Détecte Mon Endo (ou DME) participait à la dernière édition de l’Innovation Fair de l’école, ce jeudi 27 janvier 2022, un événement rassemblant les meilleurs projets de fin d’études des futurs ingénieurs. Et pour cause : déjà récompensé en 2019 lors du concours Coup2boost, ce projet innovant de diagnostic précoce et non-invasif de la maladie de l’endométriose ne cesse de grandir et d’afficher de nouvelles ambitions avec, à la clé, une récente création de start-up et un partenariat avec le CNRS. Une success story qui n’est pas près de s’arrêter à en croire les membres de son équipe !


Start-up, partenariat, crowdfunding : le projet Détecte Mon Endo affiche ses ambitions !

L’équipe de Détecte Mon Endo (DME)
De gauche à droite : Myriem Outmaite, Marine Pasquier, Amélys Debiol et Eléna Wintz


Du projet étudiant à la création d’entreprise

Pour l’équipe Détecte Mon Endo, l’aventure a démarré durant la 2e année du cursus, moment où les étudiants de Sup’Biotech se lancent en équipes dans leur SBIP. Et il suffit parfois d’une rencontre pour accélérer le processus. « Pour mener nos tests sur du sang humain en laboratoire avec les biomarqueurs très prometteurs que nous avons trouvés, nous nous sommes rapprochées d’un chercheur du CNRS, explique Amélys, étudiante de la Majeure R&D, co-responsable de la partie R&D du projet. Au fil de nos échanges, il nous a semblé pertinent de faire évoluer DME avec la création d’une start-up en octobre dernier puis l’officialisation récente de notre collaboration de recherche avec le CNRS ! » Une nouvelle qui motive encore plus le quatuor. « Au niveau scientifique, nous avons pu avancer sur la réalisation de notre preuve de concept et, grâce à cette collaboration et aux expériences que nous allons mener dans leur laboratoire, nous comptons pouvoir la valider cette année », assure Myriem, étudiante de la Majeure Bioproduction & Qualité, désormais directrice générale de la jeune entreprise. Et pour pousser ce développement, DME lance jusqu’au 16 mars une campagne de crowdfunding sur la plateforme KissKissBankBank. « Pour débuter de nouvelles expériences et finaliser notre preuve de concept, nous devons acquérir du matériel représentant un certain coût, souligne Myriem. Cette campagne nous permettra de financer ce matériel et ainsi d’aider le projet à avancer ! »



L’endométriose, une maladie aussi répandue que méconnue

Avec leur start-up, Amélys, Eléna, Marine et Myriem ont conscience de s’attaquer à un mal trop souvent passé sous silence alors qu’il touche chaque année de nombreuses femmes. « L’endométriose est une maladie invalidante qui touche une femme sur dix, ce qui est énorme et peut-être même en-deçà de la réalité puisque les chiffres sont potentiellement sous-estimés, rappelle Amélys. Elle est causée par un développement anormal de tissus endométriales en dehors de la cavité utérine et peut se propager également à d’autres organes. Surtout, elle se traduit par des douleurs menstruelles et touche également la vie intime de la femme, pouvant causer à terme l’infertilité – 40 % des femmes ayant l’endométriose sont infertiles. » Ces données terribles sont la résultante d’une détection et d’une prise en charge de la maladie trop tardive, la faute au manque de connaissance du grand public, mais pas seulement. « Même si l’endométriose peut intervenir dès les premières règles, dès l’âge de 13 ans, les chiffres officiels estiment que la maladie est généralement détectée sept ans trop tard, poursuit Amélys. Durant cette période, la maladie se développe et, quand la femme l’apprend, il est parfois déjà trop tard : elle ne peut plus avoir d’enfant. » Pourtant, des techniques de détection existent aujourd’hui, mais elles sont trop souvent invasives et coûteuses. « Généralement, cela passe d’abord par une échographie, puis une IRM, voire aussi une cœlioscopie – une chirurgie invasive. Mais cela, c’est dans le meilleur des cas, quand la femme est prise au sérieux. »



Un combat scientifique et médiatique

D’après l’équipe de Détecte Mon Endo, le nombre de cas d’endométriose décelée trop tardivement reflète le peu de crédibilité accordé à la parole de la femme qui n’est pas toujours crue ni accompagnée. « Trop souvent, les douleurs ressenties pendant les règles sont amoindries par les praticiens car jugées comme normales… alors que ce n’est pas normal d’être pliée en deux pendant ses règles et assez affaiblie quitte à devoir manquer des jours de cours ou de travail, insiste Amélys. Il faut continuer à alerter les médecins et gynécologues sur l’existence de cette maladie et la nécessité de la prendre en charge le plus rapidement possible. D’ailleurs, qu’elles aient des douleurs ou non, dans l’idéal, toutes les femmes devraient s’y intéresser car il arrive aussi que l’endométriose se développe sans douleurs annonciatrices. De plus, la prise de pilules contraceptives en continu peut également cacher les symptômes et entraver sa détection. »


Start-up, partenariat, crowdfunding : le projet Détecte Mon Endo affiche ses ambitions !

DME, bientôt à la Cité des Sciences

Preuve que les choses avancent sur ce sujet, le plus haut sommet de l’État a annoncé une stratégie nationale de lutte contre l’endométriose en ce début d’année 2022. Une volonté qui ne peut que réjouir l’équipe de DME. « C’est forcément positif de voir le gouvernement s’intéresser à cette question car cela permet une plus large prise de conscience de la maladie auprès du grand public, estime Myriem qui n’exclue pas de se rapprocher à l’avenir d’institutions publiques pour continuer le combat. En attendant, nous avons été invitées par la Cité des Sciences à participer à leur événement Femmes IngénieurEs qui se déroulera le 11 février prochain pour la journée internationale des femmes de science. Nous pourrons alors présenter notre projet au public présent ! » De quoi permettre à l’entreprise comme à la maladie de gagner en médiatisation. Une récompense aussi des efforts accomplis par l’équipe. « Ce projet, nous l’avons construit à partir de rien, se remémore Amélys. Nous le portons depuis plusieurs années maintenant : nous avons grandi et beaucoup appris avec DME, en faisant toutes les étapes ensemble, en s’intéressant à tous les domaines, en apprenant à être plus autonomes… Nous avons acquis aussi plein de compétences sur l’entrepreneuriat, en construisant un réseau, en allant chercher des contacts pour faire avancer le projet… » Autant dire que l’aventure Détecte Mon Endo est encore loin d’être terminée !

Suivez l’actualité de DME sur les réseaux sociaux (Facebook, Instagram et LinkedIn)

Soutenez et partagez la campagne de crowdfunding de DME sur KissKissBankBank !


Start-up, partenariat, crowdfunding : le projet Détecte Mon Endo affiche ses ambitions !

Posté le 31/01/2022

À propos

Sup’Biotech est une école d’ingénieurs spécialisée en Biotechnologies, proche du monde de la Recherche comme du monde de l’Entreprise, qui propose une formation innovante en 5 ans après le bac. Ce cursus permet aux étudiants d’accéder rapidement à des postes à responsabilités, en France comme à l’International, dans les secteurs très porteurs de la santé et la pharmacie, de l’innovation agroalimentaire, de la cosmétologie, de la bio-informatique ou encore de l’environnement. Les études, combinant fondamentaux académiques, projets étudiants et stages en entreprise, sont découpées en deux parties selon la norme européenne : le cycle préparatoire (2 ans) et le cycle ingénieur (3 ans). La formation des ingénieurs en Biotechnologies de Sup’Biotech est labellisée par Medicen Paris Région et Industries and Agro-Ressources (I.A.R.) : Sup’Biotech propose également une filière apprentissage à partir de bac+3, ainsi qu’une formation Bachelor en Biotechnologies, accessible après le bac. Sup’Biotech est un établissement d’enseignement supérieur privé habilité à délivrer le titre d’ingénieur et reconnu par l’État (arrêté du 15/12/14 et B.O du 08/01/15).

  • logo CTI
  • logo IAR
  • logo Certification ISO

Venez nous rencontrer

Établissement privé d'enseignement supérieur technique - Inscription au rectorat de Créteil - Sup'Biotech est membre de IONIS Education Group comme :