Embryologie : L’Angleterre autorise les chimères humains-animaux

Actu Technologique
Actu. technologique


 
Chimere-200.jpgPar Johannes Braun

Lundi 19 mai, le Parlement britannique s’est prononcé à une large majorité en faveur de l’autorisation des embryons hybrides humains-animaux à des fins de recherche. Cette légalisation était demandée par les chercheurs qui luttent contre les maladies type Alzheimer, Parkinson, ou mucoviscidose. Mais les opposants à cette loi s’inquiètent des dérives possibles.

Le Parlement britannique a rejeté, lundi 19 mai, à 336 voix contre 176, un amendement interdisant la recherche sur les embryons hybrides humains-animaux. Après un intense débat autour du projet de loi sur la fertilisation et l’embryologie humaines, cette autorisation doit permettre, d’insérer des noyaux de cellules humaines dans un ovocyte animal. But du jeu : produire des cellules souches, afin d’élaborer de nouveau traitements contre les maladies telles qu’Alzheimer, Parkinson, ou la mucoviscidose. La Grande-Bretagne confirme ainsi son avance en matière de recherche sur les cellules souches, jusqu’alors principalement obtenues par la culture d’ovules humains. L’hybridation va permettre de pallier le manque d’œufs, le don d’ovules étant assez marginal.

L’hybridation, un moyen d’éluder les questions éthiques ?

Mais cette avance se fait sur un terrain glissant. En effet, la recherche se heurte toujours à des résistances éthiques. Le tollé produit par les annonces de clonage d ’embryons humains en Corée du Sud, en Angleterre, et plus récemment la création d’un embryon humain génétiquement modifié aux Etats-Unis en atteste. Plusieurs limitations interviennent donc pour éviter des dérives dans l’utilisation de chimères humains-animaux. []

 

logo-ILJ-150x69.gifLire la suite sur le site innovationlejournal.com 

 

Posté le 26/05/2008

À propos

Sup’Biotech est une école d’ingénieur spécialisée en Biotechnologies à Paris et à Lyon, proche du monde de la Recherche comme du monde de l’Entreprise, qui propose une formation innovante en 5 ans après le bac. Ce cursus permet aux étudiants d’accéder rapidement à des postes à responsabilités, en France comme à l’International, dans les secteurs très porteurs de la santé et la pharmacie, de l’innovation agroalimentaire, de la cosmétique, de la bio-informatique ou encore de l’environnement. Les études, combinant fondamentaux académiques, projets étudiants et stages en entreprise, sont découpées en deux parties selon la norme européenne : le cycle Bachelor of Biotechnology (3 ans) et le cycle Expertise (2 ans). La formation des ingénieurs en Biotechnologies de Sup’Biotech est labellisée par Medicen Paris Région et Industries and Agro-Ressources (I.A.R.).
Sup’Biotech propose également une filière apprentissage à partir de bac+3, ainsi qu’une formation Bachelor en Biotechnologies, accessible après le bac. Sup’Biotech est un établissement d’enseignement supérieur privé habilité à délivrer le titre d’ingénieur et reconnu par l’État (arrêté du 15/12/14 et B.O du 08/01/15).

  • logo CTI
  • logo IAR
  • logo Certification ISO

Venez nous rencontrer

Établissement privé d'enseignement supérieur technique - Inscription au rectorat de Créteil - Sup'Biotech est membre de IONIS Education Group comme :