Portrait d’étudiant : Arnaud Papin, le choix de la médecine personnalisée

Actu Technologique
Actu. technologique
Pédagogie
Vie étudiante

Quand le chercheur s’allie au commercial dans l’intérêt de tous.

Arnaud Papin, 22 ans, (Promotion 2010) termine sa cinquième année à Sup’Biotech, après s’être spécialisé en marketing. Il revient sur son expérience au sein de l’Inserm, où il a découvert le concept de la médecine personnalisée, et a pu mettre à profit les techniques apprises en cours.

Arnaud : « Dans la majorité des cas, pour qu’une avancée scientifique arrive un jour aux patients, il y a un processus de développement long et coûteux, que seules des entreprises privées peuvent assumer. Or, la logique veut que ces dernières n’investissent que dans des innovations protégées par un brevet et répondant à un marché qui permettra un retour sur investissement. En l’absence de protection industrielle, les concurrents qui n’ont pas de frais de recherches et développement à amortir, sont en mesure de proposer un service ou un produit à coût réduit, dès l’autorisation de mise sur le marché : un scénario évidemment inacceptable pour toute entreprise innovante.

Pourtant, aujourd’hui la recherche publique française n’est pas complètement adaptée à la valorisation de ses recherches et à leur transfert vers l’industrie. En effet, les chercheurs ont pour priorité de partager leurs connaissances en publiant le plus rapidement possible leurs résultats scientifiques dans des revues spécialisées. Si ces résultats sont portés à la connaissance du publique avant une demande de brevet, celui-ci ne pourra être obtenu. D’autre part, les entreprises recherchent des innovations qui ont un potentiel marketing. Malheureusement, les chercheurs, bien qu’habitué à présenter et mettre en valeur leurs recherches au sein de la communauté scientifique, ne sont pas vraiment formés à présenter  leurs innovations d’une manière « parlante » aux investisseurs potentiels. Au final, ce sont donc les patients qui subissent, en ne bénéficiant pas de ces avancées scientifiques, faute d’une entreprise prête à investir dans ces innovations, soit par manque de protection, soit par manque de potentiel marketing observé. D’où l’intérêt d’un entourage polyvalent autour des blouses blanches.

Il y a donc un réel besoin de profils comme le mien, capable de sensibiliser les chercheurs, d’évaluer l’intérêt marketing de leurs recherches, de les accompagner dans leurs démarches de protection intellectuelle et, dans le meilleur des cas, de transfert de technologie ou de création d’entreprise.
C’est donc dans ce contexte que je suis arrivé en 3ème année dans l’unité Inserm « Génomique Fonctionnelle des Tumeurs Solides » (Institut Universitaire d’Hématologie, hôpital Saint-Louis) mais absolument pas pour "faire de la paillasse" : j’ai aidé les chercheurs qui avaient déposé des brevets à trouver un marché et j’ai réfléchi avec eux aux méthodes à déployer pour que la technologie découverte arrive un jour aux patients. Il s’agit d’une véritable révolution de la médecine avec une approche novatrice du traitement des pathologies : la médecine personnalisée.

On entend par médecine personnalisée l’utilisation de nouvelles méthodes d’analyse moléculaire visant à assurer une meilleure prise en charge de la maladie dont souffre un patient, ou encore d’évaluer une prédisposition à cette maladie. Nous avons chacun des particularités au sein de notre génome, par conséquent, les maladies évoluent différemment d’un patient à un autre. D’autre part, chaque patient métabolise plus ou moins bien une molécule thérapeutique, ce qui influence l’efficacité d’un traitement.
Mon équipe s’est spécialisée sur les tumeurs du foie. Si l’on considère les tumeurs malignes, communément appelé cancer, il n’y a pas qu’une forme de cancer mais différentes formes. Ces formes peuvent être divisées en sous-groupes, prenant en compte l’expression des gênes de la tumeur. Chaque sous-groupe possède ses propres caractéristiques, tant aux niveaux des symptômes que des gènes: les classer nous permet d’affiner le diagnostic et donc le pronostic vital. J’ai espoir qu’un jour le diagnostic des tumeurs, basé sur les gènes, permettra une prise en charge personnalisée du patient : le bon traitement, au bon moment et au dosage optimal, permettant la meilleure réponse, tout en limitant les effets secondaires.

stockxpertcom_id3303021_jpg_6bf05bbc00493de7ccf54bc4ddf13b19.jpg

 image d’illustration
Ma formation à Sup’Biotech correspond exactement aux besoins des chercheurs : je deviens un professionnel complémentaire de leur travail.  En troisième année, j’ai démarré sur place un jour par semaine et je poursuis mon travail avec les équipes depuis deux ans maintenant. Sur le terrain, j’ai complété ma formation : la propriété intellectuelle d’une découverte, comment la protéger, à quel prix et sous quelle forme. J’ai pu aussi aborder les questions de remboursement de ces tests, ou encore l’aspect éthique que l’utilisation du génome humain représente. Il faut garder à l’esprit qu’entre une découverte en laboratoire et la sortie sur le marché il peut s’écouler dix à quinze années : identification des biomarqueurs, études de validation, test diagnostic ou theranostique (alliance entre le diagnostic et la thérapeutique), essais cliniques, autorisation de mise sur le marché et enfin vente au public concerné. C’est un travail de longue haleine."

 

1 Personalized Medicine Coalition. Position de principe.

Capture d’écran 2009-12-02 à 17.00.31.png

Posté le 02/12/2009

À propos

Sup’Biotech est une école d’ingénieur spécialisée en Biotechnologies à Paris et à Lyon, proche du monde de la Recherche comme du monde de l’Entreprise, qui propose une formation innovante en 5 ans après le bac. Ce cursus permet aux étudiants d’accéder rapidement à des postes à responsabilités, en France comme à l’International, dans les secteurs très porteurs de la santé et la pharmacie, de l’innovation agroalimentaire, de la cosmétique, de la bio-informatique ou encore de l’environnement. Les études, combinant fondamentaux académiques, projets étudiants et stages en entreprise, sont découpées en deux parties selon la norme européenne : le cycle Bachelor of Biotechnology (3 ans) et le cycle Expertise (2 ans). La formation des ingénieurs en Biotechnologies de Sup’Biotech est labellisée par Medicen Paris Région et Industries and Agro-Ressources (I.A.R.).
Sup’Biotech propose également une filière apprentissage à partir de bac+3, ainsi qu’une formation Bachelor en Biotechnologies, accessible après le bac. Sup’Biotech est un établissement d’enseignement supérieur privé habilité à délivrer le titre d’ingénieur et reconnu par l’État (arrêté du 15/12/14 et B.O du 08/01/15).

  • logo CTI
  • logo IAR
  • logo Certification ISO

Venez nous rencontrer

Établissement privé d'enseignement supérieur technique - Inscription au rectorat de Créteil - Sup'Biotech est membre de IONIS Education Group comme :