Clean Tech #2 : Hyderabad, l’autre Silicon Valley indienne

Actu Technologique
Actu. technologique
Entreprise
Pédagogie
Vie étudiante

 
Dans un contexte de crise économique mondiale, certains pays essaient de tirer leur épingle du jeu en se spécialisant dans un secteur économique "vert". Il s’agit d’un phénomène récent, celui des industries « Clean Tech » qui, en plus d’utiliser des ressources naturelles comme le solaire, l’eau et les matières premières dans une perspective d’amélioration importante de leur efficacité et de leur productivité, créées de nombreux emplois. Une tendance qui s’est développée originellement aux Etats-Unis, notamment dans la Silicon Valley mais qui, au fil des ans, a largement atteint les pays d’Asie et d’Europe en général.  
 
Les cleantech, aussi connus sous le nom d’éco-technologies, d’énergies renouvelables:
Selon une étude du Global Wind Energy, qu’il s’agisse de productions d’éoliennes, de panneaux solaires ou encore de batteries pour voitures électriques, la Chine apparaît désormais comme l’élève modèle à suivre sur le plan écologique.  Leader mondial toutes catégories, son exemple servira aux relances économiques « vertes » des gouvernements américain, européen et japonais.
 
stockxpertcom_id11786541_jpg_285c647080ac6bfd035c1cc9aa2c2d48.jpg
 
La biotechnologie se développe à Hyderabad, l’autre Silicon Valley indienne:
Hyderabad est l’un des lieux de prédilection des investisseurs étrangers qui la surnomme aussi "l’autre Silicon Valley" (sachant que la première est bien évidemment Bangalore) ou "Cyberbad" en raison de la vitesse à laquelle elle a su attirer les géants de l’IT, comme Microsoft, IBM, Wipro, Dell, Google, Yahoo, Oracle, ou encore Accenture. La capitale de l’Andrha Pradesh se pose à la pointe de la technologie et compte près d’une centaine d’entreprises spécialisées dans les biosciences. Elles se sont peu à peu étalées sur plus de 600 km² en périphérie de Hyderabad. Les prédictions comptent sur la création de 1,4 millions d’emplois à l’horizon 2016, répartis dans plus de 200 industries connexes. A côté de ses parcs d’activité consacrés à la recherche scientifique, la ville compte aussi une forte implantation de l’industrie pharmaceutique. C’est d’ici que partent la moitié des exportations indiennes du secteur.
 
L‘Italie et la Californie attirent les panneaux photovoltaïques.
En 2009, c’est en Allemagne, pionnière sur les énergies renouvelables, qu’ont été installées les plus importantes capacités de productions d’énergie solaire: 1500 MW. Mais les Etats-Unis et l’Italie rattrapent à grands pas le géant allemand. Les installations en Californie ont affiché une croissance de 120.1% en 2009 par rapport à 2008. En 2009 350MW ont été installés contre 132 MW dans le reste du pays. En Italie ce sont 580 MW de nouvelles installations qui ont été installées en 2009, ce qui la positionne au deuxième rang mondial. Ce chiffre est d’autant plus impressionnant qu’il n’était pas anticipé. Le cabinet iSuppli, qui calcule ces estimations, tablait initialement sur l’installation de 350 mégawatt en Italie en 2009. Cette réévaluation de 65% témoigne de l’engouement transalpin pour l’énergie solaire.

Posté le 28/01/2010

À propos

Sup’Biotech est une école d’ingénieur spécialisée en Biotechnologies à Paris et à Lyon, proche du monde de la Recherche comme du monde de l’Entreprise, qui propose une formation innovante en 5 ans après le bac. Ce cursus permet aux étudiants d’accéder rapidement à des postes à responsabilités, en France comme à l’International, dans les secteurs très porteurs de la santé et la pharmacie, de l’innovation agroalimentaire, de la cosmétique, de la bio-informatique ou encore de l’environnement. Les études, combinant fondamentaux académiques, projets étudiants et stages en entreprise, sont découpées en deux parties selon la norme européenne : le cycle Bachelor of Biotechnology (3 ans) et le cycle Expertise (2 ans). La formation des ingénieurs en Biotechnologies de Sup’Biotech est labellisée par Medicen Paris Région et Industries and Agro-Ressources (I.A.R.).
Sup’Biotech propose également une filière apprentissage à partir de bac+3, ainsi qu’une formation Bachelor en Biotechnologies, accessible après le bac. Sup’Biotech est un établissement d’enseignement supérieur privé habilité à délivrer le titre d’ingénieur et reconnu par l’État (arrêté du 15/12/14 et B.O du 08/01/15).

  • logo CTI
  • logo IAR
  • logo Certification ISO

Venez nous rencontrer

Établissement privé d'enseignement supérieur technique - Inscription au rectorat de Créteil - Sup'Biotech est membre de IONIS Education Group comme :