Tribune : « Ce sont les biotechs qui sauveront l’humanité »

Tribune : « Ce sont les biotechs qui sauveront l'humanité »
Actu. technologique

Vanessa Proux, présidente directrice générale de Sup’Biotech, et Emmanuel Hivert, directeur du développement de l’école, ont cosigné fin juillet une tribune dans Les Echos. Son but ? Rappeler l’apport essentiel des Biotechnologies dans la recherche des vaccins anti-Covid et expliquer comment ces dernières vont encore pouvoir continuer à innover pour la santé dans les années à venir. L’école vous propose aujourd’hui de la (re)découvrir !


Tribune : « Ce sont les biotechs qui sauveront l'humanité »

Notre avenir passera par les Biotechnologies…

Cela fait maintenant plus d’un an que le virus SARS-CoV-2 a bouleversé nos vies avec de multiples impacts : sanitaire, économique et social. En effet, même si les acteurs du domaine auraient probablement préféré un contexte moins anxiogène pour être mis sur le devant de la scène, nous n’avons du coup jamais autant parlé des Biotechnologies : ces techniques qui s’appuient sur les potentialités du vivant pour répondre aux besoins primaires des hommes et des femmes dans leur quotidien depuis l’Antiquité, lorsque nos ancêtres y posèrent les bases en utilisant le processus de fermentation pour fabriquer du pain ou du vin. Les Biotechnologies sont devenues modernes avec la découverte de la microbiologie et de ses applications au temps de Pasteur et peuvent être qualifiées d’ultra-modernes depuis le milieu du 20e siècle, portées par l’essor des nouvelles technologies et du numérique, avec la caractérisation de la structure en double hélice de l’ADN et l’utilisation du génie génétique. Rappelons que plus de progrès scientifiques ont été accomplis ces 50 dernières années que pendant les 500 dernières ! Il est bien sûr excitant de se projeter et d’imaginer quelles découvertes vont être faites dans les 50 prochaines.

Et si les derniers mois qui viennent de s’écouler ont mis en avant le travail formidable effectué par le corps médical et le monde scientifique dans la lutte contre la Covid-19 et la prise en charge des malades, c’est grâce notamment aux progrès technologiques effectués depuis des années et à l’accélération des connaissances dans le domaine des Biotechnologies, plus particulièrement celles que l’on qualifie de rouges (couleur du sang et donc de la vie).



Face à cette crise sanitaire, la mobilisation extraordinaire de l’écosystème des Biotechnologies, de la start-up aux « Big Pharma », a permis une réaction rapide qui aurait été impossible toutefois sans les générations de chercheurs qui se sont succédées au fil des années pour se préparer à ce genre d’éventualité. Qui aurait parié sur l’élaboration d’un vaccin en moins de 12 mois alors que les plus optimistes, avant cette crise, tablaient sur plusieurs années, sachant qu’en temps normal, il faut plus de 10 ans pour élaborer et tester un nouveau médicament ? Pour en arriver à ce résultat, la formule lapidaire « Des chercheurs qui cherchent on en trouve, des chercheurs qui trouvent, on en cherche… » n’aura donc jamais été autant prise en défaut.

Pourtant, les chercheurs n’ont pas découvert la solution du jour au lendemain. Ils se sont appuyés sur une molécule naturellement présente dans nos organismes : l’ARN messager qui est étudié depuis près de 30 ans dans l’optique de développer un nouveau type de vaccin. Cet acide ribonucléique qui permet la synthèse des protéines dans les cellules vivantes attendait patiemment, à toute chose malheur est bon, que son heure arrive. On imagine déjà les multiples applications que l’on pourra trouver à cette technologie prometteuse, dans l’élaboration de nouveaux vaccins donc mais aussi pour des traitements plus ciblés sur des maladies telles que la sclérose en plaques et certaines formes de cancers.


Tribune : « Ce sont les biotechs qui sauveront l'humanité »

Dame Nature ayant la fâcheuse tendance à nous rappeler que nous ne sommes pas les seuls êtres vivants sur la planète, il vaut mieux être préparés ! Depuis des siècles, les épidémies ont ravagé l’espèce humaine. Nous pensions en être sortis depuis la grippe espagnole il y a tout juste 100 ans, mais les premières apparitions des coronavirus au début des années 2000 auraient dû nous mettre la puce à l’oreille. On croyait, à l’apogée de la guerre froide, que la plus grande menace pour l’humanité serait nucléaire mais finalement c’est du côté de l’infiniment petit et de l’invisible qu’il fallait la chercher. Dans tout l’arsenal de défenses que nous possédons, les Biotechnologies représentent à coup sûr une pièce majeure, à l’image des 300 projets de vaccins anti-Covid en cours de développement à ce jour. L’avenir de l’Homme et de la Femme passera donc par les Biotechnologies, qu’elles soient rouges, vertes, blanches, jaunes ou bleues… Aujourd’hui, les termes techniques « PCR », « test sérologique » et « ARN messager », initialement employés par des initiés, se sont popularisés et ont trouvé leur place dans nos conversations quotidiennes, à la grande satisfaction des passionnés que nous sommes, toujours motivés à échanger sur nos centres d’intérêt et à soutenir ce domaine prometteur.

Vanessa Proux, présidente directrice générale / Emmanuel Hivert, directeur du développement

Retrouvez la tribune sur le site des Echos


Tribune : « Ce sont les biotechs qui sauveront l'humanité »

Posté le 18/08/2021

À propos

Sup’Biotech est une école d’ingénieur spécialisée en Biotechnologies à Paris et à Lyon, proche du monde de la Recherche comme du monde de l’Entreprise, qui propose une formation innovante en 5 ans après le bac. Ce cursus permet aux étudiants d’accéder rapidement à des postes à responsabilités, en France comme à l’International, dans les secteurs très porteurs de la santé et la pharmacie, de l’innovation agroalimentaire, de la cosmétique, de la bio-informatique ou encore de l’environnement. Les études, combinant fondamentaux académiques, projets étudiants et stages en entreprise, sont découpées en deux parties selon la norme européenne : le cycle Bachelor of Biotechnology (3 ans) et le cycle Expertise (2 ans). La formation des ingénieurs en Biotechnologies de Sup’Biotech est labellisée par Medicen Paris Région et Industries and Agro-Ressources (I.A.R.).
Sup’Biotech propose également une filière apprentissage à partir de bac+3, ainsi qu’une formation Bachelor en Biotechnologies, accessible après le bac. Sup’Biotech est un établissement d’enseignement supérieur privé habilité à délivrer le titre d’ingénieur et reconnu par l’État (arrêté du 15/12/14 et B.O du 08/01/15).

  • logo CTI
  • logo IAR

Venez nous rencontrer

Établissement privé d'enseignement supérieur technique - Inscription au rectorat de Créteil - Sup'Biotech est membre de IONIS Education Group comme :