Logo supbiotech
  • Accueil
  • Blog
  • De Sup’Biotech à Dauphine : Mathilde, future double diplômée !

De Sup’Biotech à Dauphine : Mathilde, future double diplômée !

De Sup’Biotech à Dauphine : Mathilde, future double diplômée !
Pédagogie

À travers plusieurs partenariats avec des grandes écoles et universités, Sup’Biotech offre la possibilité à ses étudiants de réaliser un double diplôme en fin de cursus. Une opportunité qu’a souhaité saisir Mathilde Broquet (Sup’Biotech promo 2021), étudiante en 5e année, en rejoignant le Master Management de la technologie et de l’innovation de l’Université Paris Dauphine-PSL.


De Sup’Biotech à Dauphine : Mathilde, future double diplômée !

Mathilde Broquet


« C’est une chance que je ne voulais pas laisser passer. » Mathilde est catégorique : ce double diplôme est bien plus qu’une ligne de plus à ajouter à son CV. « À mes yeux, un double diplôme doit permettre d’acquérir des compétences supplémentaires dans des domaines qui ne te sont pas forcément familiers et de se professionnaliser encore plus rapidement. C’est exactement le cas ! » Et si elle a choisi de suivre ce Master plutôt qu’un autre, c’est avant tout pour son contenu lui permettant d’explorer l’innovation au sens large. « Une fille de la promotion précédente à Sup’Biotech l’avait réalisé et m’en avait énormément parlé : j’ai aimé la philosophie qui s’en dégageait. Aujourd’hui, comme l’innovation est indissociable des biotechnologies – il est même difficile de ne pas innover dans ce domaine –, il me semblait logique d’approfondir cette thématique et de me spécialiser. »

 

Sur les bancs de « Dauphine », la néo-ingénieure en biotechnologies monte ainsi en compétences depuis le mois de septembre. « Tous les cours sont très centrés sur l’innovation en tant que telle, que ce soit dans les registres du management, de la gestion ou encore de la politique publique, détaille-t-elle. Tout est fait pour nous apprendre à gérer l’innovation et une équipe dans toutes les circonstances. D’ailleurs, les techniques et technologies que nous découvrons ne sont jamais centrées sur un seul domaine. » De quoi lui permettre de renforcer ses ambitions futures et d’assouvir sa soif de savoir.

 

L’ambition de la compréhension

L’envie d’acquérir de nouvelles connaissances se trouve justement au cœur du parcours de Mathilde. C’est même cette envie qui lui a fait choisir Sup’Biotech. « À la base, j’aime bien comprendre comment les choses fonctionnent et il se trouve qu’au lycée, j’avais des difficultés en biologie ! Je voulais les surmonter et enfin comprendre… De plus, j’ai toujours aimé les sciences dures, techniques – les mathématiques, la physique, la chimie… J’ai alors tapé « sciences de l’ingénieur » et « biologie » sur Internet et je suis tombée sur le site de l’école. »

Si, au départ, l’étudiante était séduite par l’idée de faire de la recherche en anatomie pour lutter contre les problèmes d’atrophie musculaire (« je voulais lier le médical à la technique, à travers les prothèses »), elle a depuis changé de direction, sélectionnant la Majeure Bioproduction et la Mineure Environnement lors de sa 4e année. Un virage logique selon l’intéressée qui avoue avoir fait évoluer son projet professionnel au fil des ans et des rencontres. « J’ai échangé ces dernières années avec plein d’étudiants, de Sup’Biotech et d’ailleurs, sur des forums ou même lors du Salon de l’Agriculture, mais aussi des professionnels en stage, des intervenants, etc. Toutes ces personnes avec qui j’ai pu discuter m’ont permis d’affiner mon projet. »


De Sup’Biotech à Dauphine : Mathilde, future double diplômée !


L’environnement en ligne de mire

Après avoir un temps hésité avec la Majeure R&D, Mathilde a donc finalement opté pour l’univers de la bioproduction, « attirée par son côté tremplin de la paillasse à l’industrialisation et le fait de pouvoir travailler sur des chaînes de production ou même, tout simplement, des processus ». Une décision qui fait écho à son choix de Mineure. « J’ai une forte sensibilité environnementale de base. À Sup’Biotech, je me suis d’ailleurs investie au sein de Bio’Campus, l’association de bio-diversité de l’école. C’est pourquoi j’ai envie de pouvoir, à travers mon futur métier, réduire le plus possible la consommation de masse et la production de déchets. C’est ce que permet la Majeure Bioproduction, en ayant la mainmise sur la production pour comprendre comment cela se passe, pouvoir l’optimiser au maximum et avoir le moins de déchets possible. Cela me plaît beaucoup ! »

 

Alors que la fin de ses études se profile, Mathilde se projette. Sa seule certitude, c’est que son avenir s’écrira dans l’environnement. « Par contre, je ne sais pas encore si cela sera dans une PME/start-up ou dans un grand groupe – cela dépendra de mes affinités avec l’entreprise », poursuit-elle. Dans tous les cas, son employeur devra proposer une activité de bioproduction en lien avec la biologie et travailler dans le domaine de l’environnement ou essayer d’améliorer son impact environnemental. « Je me vois donc plutôt devenir consultante-ingénieure et plutôt en France en début de carrière – je ne m’interdis rien pour la suite ! »

 

L’ambition encore et toujours

Mathilde ne s’interdira pas non plus de se rappeler avec plaisir ses années passées à Sup’Biotech et surtout pas « les mémorables fêtes de 1re année » s’amuse-t-elle. « Plus sérieusement, ce que je retiens par-dessus tout, c’est vraiment l’ambiance de la promotion, voire même des promotions. Cela vous marque et c’est ce qui m’a fait me sentir tout de suite à l’aise ici. Il y a un vrai sentiment d’appartenance et peu importe si vous êtes en 1re ou 5e année, vous pouvez toujours aller vers les autres et échanger avec eux, pour obtenir des conseils, gagner en expérience… »

En parlant de conseil, elle n’hésite pas à en adresser un aux prochaines générations. « Ce n’est pas l’âge qui fait la maturité ! À Sup’Biotech, ce n’est pas votre âge qui définit votre parcours et ce que vous êtes. Que vous ayez 17, 20 ou 24 ans, vous aurez toujours l’occasion de faire vos preuves. Certaines matières vous paraîtront faciles, d’autres plus difficiles, mais aucun moment du cursus ne vous sera insurmontable : l’important, c’est votre ambition, votre motivation ! »


De Sup’Biotech à Dauphine : Mathilde, future double diplômée !

Posté le : 13/11/2020

Établissement privé d'enseignement supérieur technique - Inscription au rectorat de Créteil - IPSA est membre de IONIS Education Group comme :